Prélèvement à la source : 2018, année fiscale de transition

Le prélèvement à la source va entrer en vigueur en janvier 2019. Conséquence : les revenus réguliers de 2018 ne serviront pas de base de calcul. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il y aura une année sans impôt.

L'impôt sur le revenu en France portait, jusqu’à présent, sur les revenus de l'année précédente. Ainsi en 2017, vous avez été taxés sur vos revenus de 2016.

Pour rapprocher la France de la pratique fiscale la plus répandue en Europe, le gouvernement a décidé d’appliquer le prélèvement à la source dès janvier 2019.  A partir de cette date, les salariés verront un douzième de leur impôt annuel prélevé chaque mois, directement sur leur fiche de paie. Idem, pour les retraités dont les pensions de retraite seront ponctionnées mensuellement ou trimestriellement, selon le rythme habituel de leurs versements. 

L’optimisation fiscale sous contrôle

2018 est donc une année de transition, parfois appelée « année blanche », car les revenus réguliers (salaires, pensions) perçus au cours de cet exercice ne seront pas imposés, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il y aura une année sans payer d’impôts ! Concrètement, en 2018, les contribuables vont payer comme d’habitude l’impôt sur leurs revenus de 2017. Et à partir de janvier 2019, ils paieront – sans le traditionnel décalage d’un an – l’impôt sur les ressources 2019, via le prélèvement à la source. 

DEMANDER UNE SIMULATION GRATUITE

La nouvelle règle du jeu pour les revenus fonciers

Attention donc, cette « année blanche » ne concerne pas tous les revenus. Les plus-values immobilières, par exemple, resteront imposées comme précédemment. De même en 2019, il vous faudra déclarer vos revenus fonciers, ainsi que les éventuels travaux déductibles effectués sur l’année 2018.

Les bénéficiaires de revenus fonciers paieront leur impôt par acomptes calculés par l’administration sur la base de la situation passée. En ce qui concerne les différents allègements d’impôts, ils entreront dans le calcul des acomptes versés ou de leur régularisation. Inutile donc de décaler, à cause de cette réforme, vos décisions d’acquisition ou de travaux ouvrant droit à dégrèvements.

PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC UN CONSEILLER