Deuxième semestre 2018 : un marché serein

Après plusieurs trimestres d’effervescence, les mois à venir s’annoncent plus paisibles. Un climat favorable pour les investissements réfléchis.

Les notaires prévoient de la stabilité

Pas d’emballement en perspective. Les notaires dans leur note de conjoncture semestrielle, au vu des contrats d’avant-ventes, pronostiquent un assagissement des prix : « Pour les mois de mai et juin, les prévisions d’activité deviennent ainsi beaucoup plus raisonnables. […] Cette activité en demi-teinte se retrouve aussi dans les prévisions d’évolution des prix des logements. Pour les deux mois à venir, les trois quarts de nos correspondants prédisent la stabilité, 12 % des hausses et 14 % des baisses »

PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC UN CONSEILLER

L’offre et la demande se rapprochent

Même perception du côté du groupe d’annonces immobilières « SeLoger » qui établit un indice de « tension immobilière » pour 25 grandes villes françaises. La « tension » représente le rapport qui existe entre le nombre des demandes et celui des offres. Quand cet indice passe en dessous de 2 (ce qui est le cas actuellement), les prix ne tardent pas à se calmer.  SeLoger envisage donc pour le second semestre 2018 un ralentissement pour la plupart des métropoles analysées, hormis Lyon et Paris.

DEMANDER UNE SIMULATION GRATUITE

Le risque de « bulle immobilière » écarté

Sur le front des taux d’intérêt, la stabilité est aussi de mise, ce qui devrait continuer à soutenir la demande à un niveau suffisant. La Banque de France note : « Les taux d’intérêt appliqués aux prêts au logement dont la période de fixation initiale du taux est supérieure à dix ans sont restés pratiquement inchangés ».

Après plusieurs trimestres euphoriques, un palier de consolidation du marché est le bienvenu. Il permet d’éviter tout risque d’emballement. Les conditions de crédit demeurant excellentes, tous les facteurs sont réunis pour favoriser les achats rationnels et saisir les bonnes affaires, dans la sérénité.

VOIR TOUS LES PROGRAMMES