Investissement 2018 : premier bilan positif

Le premier trimestre 2018 s’inscrit dans la dynamique exceptionnelle de 2017. Prix stables, taux d’intérêt maintenus à un niveau très bas, stocks de logements commercialisables commençant à se tendre... C’est le moment pour les acquéreurs de concrétiser leur projet !

Un début d’année à l’image du précédent millésime

Le marché continue de flirter avec la barre du million de transactions ! En mars 2018, sur douze mois glissants, 956 000 transactions ont été effectuées en France, selon l’indice Insee-Notaires. Ce montant est similaire au volume observé le trimestre précédent (960 000 en décembre 2017), mais il est supérieur à ce qu’il se passait un an plus tôt (877 000 en mars 2017). Le premier trimestre 2018 s’est donc présenté dans la lignée de l’excellent millésime 2017.

L’activité de la construction s’est montrée au diapason de ce dynamisme. Selon le ministère de la Cohésion des territoires, de mars 2017 à février 2018, 504 800 logements ont été autorisés à la construction et 427 300 logements ont été mis en chantier, soit une augmentation respectivement de 8 % et 12,5 % par rapport à la même période, un an plus tôt.

PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC UN CONSEILLER

Deux moteurs continuent de soutenir la demande

Le climat économique et la confiance qu’il génère contribuent puissamment à la bonne forme du marché immobilier. Les chiffres de l'Insee montrent que les deux derniers trimestres de 2017 ont connu respectivement une croissance de + 0,5 % au 3e trimestre et de + 0,6 % au 4e trimestre, pour atteindre une croissance annuelle de + 1,9 %. Un rythme que la France n’avait plus connu depuis 2011.

Le deuxième moteur du dynamisme immobilier, à savoir la stabilité des taux d’intérêt à un niveau très bas, continue de fonctionner. L’Observatoire de Crédit logement/CSA souligne dans son dernier tableau de bord mensuel : « En mai 2018, les taux des crédits du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) se sont établis à 1,46 %, en moyenne (1.53 % pour l’accession dans le neuf) […] La reprise de l’inflation dont le rythme s’accélère depuis la fin de l’année dernière a ainsi comme conséquence que les taux d’intérêt réels n’ont jamais été aussi bas depuis le début des années 2000 ».

DEMANDER UNE SIMULATION GRATUITE

L’offre commence à être sous pression

Les candidats à l’achat n’ont pas intérêt à différer leurs recherches, car l’offre est loin d’être pléthorique. Selon la Fédération des promoteurs immobiliers, les stocks ne représentent plus que 9, 8 mois de commercialisation, quand on estime que l’équilibre optimum se situe à 12 mois. Certains territoires parmi les plus tendus sont très en dessous : 6,7 mois pour Bordeaux Métropole et Nantes Métropole, 7, 8 mois dans les Hauts de France, 8 mois à Lyon, … Quand on a trouvé un bien qui correspond à ses attentes, il ne faut surtout pas le laisser filer !

VOIR TOUS LES PROGRAMMES